Élection présidentielle 2017

élection présidentielle française 2017Depuis ce début d’année 2017, la campagne présidentielle est fortement polluée par différentes affaires concernant des candidats potentiels à la plus haute fonction d’État.

Je ne palabrerai pas là-dessus. Cet article est là pour montrer que le phénomène a vu le jour à partir de la deuxième République (1848-1852). Non pas qu’il faille accepter et/ou se résigner, mais avoir du recul sur deux siècles de corruption d’État.

Faits récurrents

En étudiant un peu la question, nous pouvons remarquer que la crise politique et toujours accompagné d’une crise sociale et économique !

Des milliers voire des millions de travailleurs se retrouvent au chômage. Ceci s’accompagne de la montée du mécontentement et de la défiance face aux politiques qui n’arrivent pas à résoudre le problème de l’emploi. Montée également du populisme.

Deuxième République

blason deuxième République

Blason deuxième République. Par Samhanin — Travail personnel, source is Jacques-Jean Barre’s image., CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=50050717

La révolution de 1848 est la troisième Révolution française après celles de 1789 et de 1830. Elle se déroule à Paris du 22 au 25 février 1848.

« La crise bancaire et industrielle, antérieure à la révolution de Février [1848], devait en effet aggraver la situation économique et sociale en provoquant une vive inquiétude dans les milieux d’affaires, affolés par la perspective d’une république socialiste. […] »1

Et Tocqueville de déplorer l’endoctrinement des classes ouvrières et prolétaires d’espérances totalement chimériques.

Petits morceaux choisis de Monsieur de Tocqueville :

« Si je considère la France, mes hésitations augmentent. Il y a peut-être en France à l’heure qu’il est vingt mille personnes qui visent à être premier ministre et autant à devenir millionnaire. Je sais bien que ces ambitions-là, malgré la grandeur apparente de l’objet, ont des côtés fort bas et que sur les 20 000 personnes qui veulent être premier ministre, il s’en trouve peut-être 19 990 qui veulent arriver là pour avoir une bonne table, de grands salons bien chauffés, un équipage… C’est un grand moyen pour arriver à de petites jouissances. […] »2

« […] Tocqueville ne sous-estime pas l’impact de la crise économique sur le climat social : « Ce qui menace le gouvernement et la société elle-même des plus terribles désastres, ce sont non pas les difficultés politiques, mais les difficultés économiques et financières. […] Voilà le nuage qui plane sur notre horizon, nuage d’où sortira d’abord la misère et ensuite peut-être la tempête populaire. » C’est donc bien la faim qui jette les ouvriers dans la rue, mais aussi les théories chimériques des novateurs, prophètes d’une nouvelle « religion ». […] »3

« […] je disais que nous n’avions peut-être pas un jour devant nous et que nous campions sur un volcan. Les députés conservateurs levaient les épaules lorsque je leur criais du haut de la tribune que l’ancien régime était tombé parce que les classes qui gouvernaient alors étaient devenues par leur égoïsme et leur corruption incapables et indignes du gouvernement. Je pense que maintenant ils sont édifiés sur la vérité que contenaient mes paroles. Je crois que tous ces hommes qui s’étaient figurés que la Révolution de juillet avait été faite pour leur permettre à eux et à leur famille de s’arrondir à l’aide du budget et de traiter la France comme une métairie qui devait fournir des revenus à eux, leurs fils, leurs petits-fils, leurs neveux et leurs arrière-cousins, les Quénault, les Meslin et mille autres […] »4

Troisième République

blason troisième République

Blason troisième République.

La crise économique internationale touche la France avec retard mais y reste plus tenace qu’ailleurs.

À cette crise économique s’ajoute5 :

  • Une crise politique : l’instabilité notoire des gouvernements de la Troisième République (en moyenne un gouvernement tous les six mois) entraîne une certaine défiance vis-à-vis de la classe politique en général. Le non-renouvellement de cette classe politique, son implication dans certains scandales politico-financiers particulièrement retentissants (Affaire Stavisky en 1934) discréditent le pouvoir.
  • Une crise sociale : le choc de la Première Guerre mondiale a du mal à se résorber. Le poids des anciens combattants, la brutalisation des hommes pendant la guerre, une certaine déprime collective et un Malthusianisme généralisé figent la société, sans vitalité démographique. La société évolue également vers une société de masse, plus urbaine (la barre des 50 % de population urbaine est franchie en 1931). Le monde paysan a du mal à se moderniser, faute d’aides financières. La protection sociale est très peu développée.

Cinquième République

blason cinquième République

Blason cinquième République.
Par Hans-Ulrich Herzog — Hans-Ulrich Herzog, Flaggen und Wappen, Leipzig: VEB Bibliographisches Institut, 1982., Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7718276

La crise économique de 2008 était, au départ, un problème concernant uniquement les États-Unis. Cette crise s’est très rapidement étendue au monde entier.

La zone euro, pour ne rien arranger, connut une crise sévère entre 2009 et 2012.

Si depuis la plupart des pays de cette zone s’en sont remis, ce n’est pas le cas de la France. En fait, il me semble que la France est en crise depuis le premier choc pétrolier de 1973.

Depuis 2008, la classe politique n’arrive pas à enrayer les effets de cette crise, entrainant de fait une crise sociale (les manifestations de mécontentement se multiplient, les inégalités sociales se creusent, etc.), et politique (défiance grandissante envers les classes politiques, la montée de populisme, non-renouvellement de cette classe politique).

Pour reprendre les termes de Tocqueville, notre classe politique est, ce moment, assise sur un volcan. Cependant, la révolution viendra dans la manière de voter dans un mois : abstention ou vote blanc comme signes de désaccord avec une classe politique déconnectée de la réalité et soucieuse de son train de vie plutôt que celui de la France et de ses habitants ; votes orientés vers les candidats avec des programmes proposant monts et merveilles.

Bref, rien de nouveau sous le soleil.

 

1 Françoise Mélonio et Laurence Guellec, Tocqueville – Lettres choisies – Souvenirs – 1814-1859, Quarto Gallimard, Paris, 2003, 1428 pages. Page 616, note 2.

2 Françoise Mélonio et Laurence Guellec, Tocqueville – Lettres choisies – Souvenirs – 1814-1859, Quarto Gallimard, Paris, 2003, 1428 pages. Page 402. (Lettre du 2 février 1838).

3 Françoise Mélonio et Laurence Guellec, Tocqueville – Lettres choisies – Souvenirs – 1814-1859, Quarto Gallimard, Paris, 2003, 1428 pages. Page 605.

4 Françoise Mélonio et Laurence Guellec, Tocqueville – Lettres choisies – Souvenirs – 1814-1859, Quarto Gallimard, Paris, 2003, 1428 pages. Page 615-616. (Correspondance du 25 février 1848)

5 Sources : Wikipédia.

Autres sources :

Wikipédia : Révolution française de 1848.

Wikipédia : Année 1930.

Wikipédia : Troisième République (France).

(Crédit images : 1- © kotoyamagami – Fotolia.com, 2 – 3 – 4 – Wikipédia)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*